archéologie expérimentale
Publié le - 1179 vues -

Comment faire du feu ?

Comment obtenir du feu par friction à l’aide d’un archet et d’un fuseau ?

 

 

Quatre éléments sont à réunir pour cette opération (2 à 5)

  • L’archet : il est formé par une branche de noisetier, naturellement courbe, et ne doit présenter aucune élasticité. Sa longueur : 60/70 cm pour un diamètre de 2 cm. La courroie en cuir de l’archet devra être solide et d’un seul tenant.
  • Le fuseau est un rondin de bois à l’extrémité appointée ; il ne doit pas être poli ; au besoin, pour empêcher la courroie de glisser ; de fines entailles au couteau peuvent être réalisées sur son pourtour. Longueur 20 à 30 cm. Diamètre compris entre 1,5 et 2 cm.
  • La paumelle est une petite pièce de bois avec un trou borgne ; elle sert à assurer la rotation du fuseau tout en protégeant la main.
  • La planchette est un fragment de branche dans laquelle une surface plane est aménagée dans la partie supérieure. Sur un des côtés, une fine encoche triangulaire de 2 à 3 mm fait office de canal. Sur le plat de la partie supérieure, à la naissance de l’encoche, une empreinte, amorce de trou maintient en place les premières rotations du fuseau.

 

faire du feu

 

Le choix du bois utilisé pour la planchette et le fuseau est très important pour obtenir du feu rapidement. Les essences recommandées sont par ordre de préférence, le lierre, le peuplier, le noisetier, le tilleul, le troène. Planchette en noisetier et fuseau en troène donnent de bons résultats. Il convient de se munir également de fines particules d’amadou (champignon) ou poudre de racine de chicorée qui serviront à maintenir la braise.

L’opération se déroule de la manière suivante

Lorsque la planchette est maintenue solidement avec le pied droit (6) il faut positionner sous l’encoche une feuille sèche qui fera réceptacle pour la braise. L’archet dans la main droite, la paumelle et le fuseau dans la main gauche. Il faut dès lors faire attention au mode d’enroulement et à la tension de la courroie.

 

 

Les conditions sont réunies pour l’obtention du feu

En utilisant l’archet de bout en bout, faire un mouvement de va-et-vient sans trop presser sur la paumelle. Le fuseau tourne tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre et au bout de quelques secondes un peu de fumée apparaît. Là il convient d’augmenter très progressivement la vitesse. La fumée devient plus importante et une poudre brune, très fine, commence à descendre dans le canal. C’est le moment décisif : il faut alors augmenter la rotation du fuseau tout en pressant la paumelle. Dans la feuille d’arbre, un petit cône de cendre s’est formé et un minuscule point rouge apparaît et grandit. Il faut alors arrêter la rotation et sans bouger le pied qui maintient la planchette, souffler très, très légèrement en apportant de nouveaux éléments (amadou…) indispensables pour activer l’ignition.

 

Dessins © Jean Sainty

"Recherches"

  1. 18 Août 2017Tir au propulseur110 vues
  2. 17 Août 2017Filer la laine il y a 7000 ans784 vues
  3. 16 Août 2017Le tissage aux tablettes ou « tablet weaving »1510 vues
  4. 15 Août 2017Tailler la pierre872 vues
  5. 12 Août 2017Forger des armatures de flèches protohistoriques98 vues