archeologies.net
Publié le - 40 clics -

Une hache en bronze de type Langquaid reconstituée

 

Une hache en bronze de type Langquaid reconstituée

Les quatre haches en bronze découvertes en 1879, au lieu-dit ‘’Beau séjour’’, commune du Bonhomme dans le massif vosgien (Haut-Rhin), (Fig.1), appartiennent à la famille des haches à rebords à tranchant semi-circulaire, du type Langquaid. Découvertes par l’ancien maire du Bonhomme, M Hucher, ces haches sont actuellement conservées au Musée d’Unterlinden de Colmar Ce type de hache, a été défini par F. Holste en 1953, suite à un dépôt découvert sur la commune de Langquaid en Basse-Bavière en Allemagne. Ce dépôt, regroupait des haches à rebords, des pointes de lance et des épingles à tête cannelée et tige torsadée (Fig.2)

Ces haches, sont datées de la dernière période du Bronze ancien, 1700 à 1600 ans av. JC. Rares dans notre région, ce sont généralement des importations qui proviennent d’Allemagne du Sud ou de la Suisse occidentale. Les haches de type Langquaid, mesurent entre 14 et 20 cm de longueur. Elles sont caractérisées par un fort développement du tranchant, évasé en demi-cercle. Les rebords divergent régulièrement et disparaissent au niveau de la lame. Le talon (partie proximale de la hache) présente une encoche plus ou moins prononcée.

Au cours de la période de l’Age du bronze on distingue trois sortes de dépôts.

  • les dépôts de marchand. Cachettes où sont entreposés des objets  en  bon état, prêts à la vente ou à l’échange.
  • Les dépôts de fondeur. Endroits où sont réunis les objets cassés qui sont des réserves de matière première.
  • Les dépôts votifs. Objets déposés intentionnellement, à un endroit précis, comme offrande à quelque divinité.

Etant donnée la position géographique et stratégique du Bonhomme qui de tout temps a été un lieu de passage naturel entre l’Ouest et la plaine du Rhin, il est probable que les haches du Bonhomme, en parfait état, appartiennent à un dépôt de marchand.

Ces haches sont uniques de par leurs caractéristiques morphologiques.

Afin de mieux comprendre la fabrication de ces artefacts, une expérimentation a été réalisée sur la base archéologique du Mont Vaudois avec pour objectif la reproduction par coulée d’une hache de type Langquaid… Une opération réussie et une prouesse technique compte tenu du modèle et des détails à reproduire.